L’AHLS , une aventure collective d’habitants du quartier.

Petite histoire de l’AHLS

L’Association des Habitants de La Source, devenue en 1999 l’Association des Habitants d’Orléans-La Source, a été créée en 1976. Sa vocation est toujours de contribuer à réussir la ville, avec les habitants, les associations locales, nombreuses, diverses et très actives, et avec tous ceux qui ont un pouvoir de décision et sont ouverts au dialogue : chacun le sait, la diversité des opinions, la confrontation des idées, l’échange des arguments conduisent à de meilleures décisions qu’une réflexion solitaire. Les objectifs de l’association sont très clairement définis dans ses statuts : permettre aux habitants de s’exprimer sur les projets qui engagent leur avenir, faciliter leur information, et travailler à ce qu’il fasse bon vivre à La Source.

À l’origine de La Source en 1959, il y a la volonté de faire renaitre l’Université d’Orléans dans le cadre de la construction d’une ville nouvelle. Une ville, ce sont des immeubles, des rues, des équipements, mais aussi et surtout ce sont ceux qui y vivent, s’y rencontrent, apprennent à se connaitre dans leur différence, discutent, s’opposent, mais toujours se respectent et partagent leurs talents pour le bien de tous. La Source, c’est tout cela, un lieu vivant qui se construit jour après jour, avec ses réussites et ses difficultés.

Les 518 premiers logements ont été mis en chantier en 1963 aux Bouleaux, à Beauchamps et aux Genets. Les premiers habitants sont arrivés fin 1964. Ils ont très vite su donner vie à leur nouveau quartier, organiser des rencontres conviviales, encadrer les jeunes. De nombreuses associations sportives et culturelles ont été fondées durant ces années pionnières. La Maison des Jeunes et de la Culture s’est ouverte en 1970, et en 1971 une Union des Associations de La Source a vu le jour, qui s’est beaucoup investie pour la construction de la salle Gérard Philippe, de la bibliothèque et de la MJC. En 1976, la fondation de l’Association des Habitants de La Source (AHLS) s’inscrit dans la continuité de cette intense mobilisation citoyenne.

Dès sa création en 1976, l’AHLS s’est engagée avec beaucoup d’énergie dans le projet d’achèvement du Centre urbain autour de la dalle, voulant rompre avec le modèle des grands ensembles et retrouver une dimension plus humaine. Une plantation d’arbres par les habitants a convaincu la ville et l’aménageur d’adopter un autre projet, achevé en 1984.

Au mois de juin 1979, en lien avec d’autres associations sourciennes, une journée vélo a rassemblé plus de 200 personnes pour demander la création d’une première piste cyclable et promouvoir ce mode de déplacement.

En 1981 l’AHLS prend une part décisive dans le grand débat sur l’action culturelle à La Source. Elle prend en charge la réalisation d’une affiche bimestrielle annonçant l’ensemble des spectacles et manifestations culturelles, réalise et distribue un plan et édite un petit guide de La Source.

Au printemps 1982, l’AHLS participe à une étude destinée à donner davantage de moyens aux écoles dans le quartier HLM. Cette action aboutira en 1992 à la mise en place d’une Zone d’Éducation Prioritaire. Le combat pour l’éducation restera une préoccupation permanente de l’association.

La fin de l’année 1984 est marquée par la naissance de deux associations qui vont faire route avec la nôtre et qui joueront un grand rôle dans le quartier : Convergence pour l’éducation à la citoyenneté et Escale pour l’animation en direction des jeunes.

C’est cette année-là que commence notre action pour demander l’égalité de traitement des Sourciens devant les impôts locaux. Nous n’avons pas été entendus jusqu’ici malgré la justesse et la force de nos arguments. Cependant, tout le monde, politiques compris, reconnaît que l’assiette de la fiscalité locale est devenue complètement inadaptée et injuste.

L’hiver 86/87 verra la mise en route de la première campagne des Restos du Cœur soutenue par l’AHLS. Une association locale des Restos du Cœur prendra le relais en 1990.

La Coordination Associative, qui s’est organisée à partir des années 90, regroupe les associations et des partenaires institutionnels. Très active, elle est notamment à l’origine de la création en 1991 de la Régie de Quartier Reperes et d’Acm Formation.

Cette période a été marquée par un essor de notre quartier. L’opération Banlieue 89 connaîtra elle aussi une gestation difficile. Il aura fallu beaucoup de débats et de combats avant d’aboutir en 1996 au centre urbain actuel, qui rapproche la ville de son université. C’est à cette époque qu’a été construite la Salle des Fêtes Fernand Pellicer.

L’AHLS s’est beaucoup investie dans le travail d’animation culturelle Mémoire de La Source menée par la troupe des Fous de Bassan, qui s’est déroulée en 1995. La publication en 2000 de témoignages recueillis auprès des habitants, Histoires et Memoires de La Source, s’inscrit dans la même démarche.

L’AHLS a contribué à l’organisation des premières fêtes du quartier. Le Comité des Fêtes a pris le relais en 1991. Elle a également réalisé les premières balades à travers La Source, mises aujourd’hui au programme de nombreux groupes orléanais.

Des dégradations et la violence de quelques-uns avaient marqué la fin de l’année 1998. Le rassemblement organisé le 23 janvier 1999 à l’initiative de la Coordination Associative appelait à un engagement responsable de tous et affichait publiquement et avec force le refus des actes d’incivilité.

L’AHLS s’intéresse au Grand Projet de Ville dès l’année 2000. Le Livre Blanc du Collectif Inter-Associatif, publié en septembre 2003, rassemble réflexions et propositions, et constitue une évidente démonstration de la capacité des habitants à être acteurs de l’évolution de leur cité.

L’AHLS a très régulièrement informé ses adhérents sur ses activités par un bulletin d’information, première ébauche de ce qui allait devenir l’Indien dont le premier numéro est paru en 1984. Aujourd’hui nous en sommes à plus de cent numéros, ce qui prouve la solidité de l’entreprise et les capacités à surmonter les inévitables difficultés, et l’intérêt de ses lecteurs.

Beaucoup d’autres actions de l’AHLS, menées le plus souvent avec d’autres associations, mériteraient d’être mentionnées (la déviation du CD 326, l’incinérateur de la station d’épuration, etc.). Celles que nous avons retenues devraient suffire à convaincre de l’utilité de notre association, dont l’une des caractéristiques essentielles est d’être ouverte à toutes les bonnes volontés d’où qu’elles viennent, sans distinction ni d’origine, ni d’opinions politique, philosophique ou religieuse.