Rénovation Urbaine (ANRU 2)

Mercredi 7 décembre à 18h30, salle Olympe de Gouges
à La Source

Une réunion publique sur la rénovation urbaine.
En voici le compte rendu.

-------------------------------------------------------

L’Assemblée Générale de l’AHLS du 8 février 2017
résonne encore…


En effet, à plusieurs reprises depuis, la presse s’est fait l’écho des questions très importantes abordées lors de cette Assemblée Générale. Le Maire répondant à notre invitation comme chaque année, a profité de l’auditoire rassemblé par l’AHLS pour aborder des sujets qui ont été repris dans la presse. Vous trouverez ci-dessous des extraits d’articles parus ces derniers jours.


Le cimetière de La Source


« Pendant trois heures, l’Association des habitants d’Orléans-La Source a évoqué le quartier, en posant un certain nombre de questions à trois des élus conviés.

Des Sourciens reposent aujourd'hui au cimetière du Bois-Semé, à Olivet. Pour d'autres, cette dernière demeure olivetaine n'est pas acquise. Avec les années, la situation a évolué, au grand dam d'Orléanais du sud.

Qu'en sera-t-il demain ? Confidence d'Olivier Carré, député-maire LR d'Orléans, mercredi, à l'Association des habitants de La Source (AHLS) : le sujet « avance lentement ».

À Olivet ou La Source

Par le passé, le Bois Semé a ouvert ses portes aux Sourciens éloignés de Saint-Marceau et du grand cimetière d'Orléans. Mais à un moment donné, Olivet « a considéré qu'elle récupérait une charge indue. J'ai découvert ça. On a repris les choses de façon diplomatique », résume Olivier Carré.

Sollicitées par La Rep' en 2015, les deux communes confirmaient avoir des choses à régler En voici une supplémentaire, soulevée par Olivier Carré : « Nos amis musulmans venus dans les années 60,70, vont mourir, aux côtés de leurs enfants. Il est important qu'ils aient leur place. La question est : comment peut-on installer un carré musulman au Bois Semé ? » Prudent, l'élu précise : « Si ça pose problème, si c'est trop difficile, je chercherai un endroit à La Source. » Il paraît aussi déterminé : « On est dans un quartier qui est sorti de nulle part il y a 50 ans. La mémoire va se construire, celle d'une ville nouvelle. Je veux qu'on trouve une solution, on va essayer de la construire. »

Abderrahim Ghbabra, directeur d'ACM Formation, fait partie de ceux qui ont applaudi : « Merci pour cette attention qui participe à cimenter la population dans notre quartier. Continuez à vous bagarrer, ça donne une vision pour les gens qui sont là depuis 30, 40, 50 ans : je rapatrie mon corps ou je plante l'arbre ici ? » Lui va y réfléchir

Pour la tolérance

Pour le sénateur PS Jean-Pierre Sueur, présent mercredi soir, une solution existe pour les Sourciens : que le Bois Semé soit intercommunal. Le parlementaire prévient aussi : au regard du principe de neutralité, « on ne peut pas faire un carré musulman mais un cimetière ». L'élu nuance toutefois dans la foulée : « Il y a plusieurs ministres qui ont dit aux maires qu'ils avaient la latitude de le faire, mais on a jamais mis cela dans la loi. Moi je suis partisan d'une tolérance. Si c'est intercommunal, je crois que pour un carré musulman, il faut l'accord du maire d'Olivet. »

Lilian Maurin La Rep du vendredi 10février 2017-02-27



Urbanisme


Assemblée générale de l'Association des habitants de La Source, visite municipale du quartier, bilan de la Confédération nationale du logement... Petit récapitulatif de ce qui a été dit sur le quartier ces 15 derniers jours.

La Source n'en a pas fini. Après le Grand projet de ville (GPV), le quartier est tourné vers la prochaine opération de rénovation urbaine, qui pourrait notamment conduire à la destruction de la tour de 17 étages place Choiseul. Un nouveau chamboulement que la disparition du bâtiment des Chèques Postaux devrait accompagner.

Urgence sur la dalle

Cet ensemble de plusieurs copropriétés passera par l'étape du renouvellement urbain. Première raison invoquée par le député-maire LR Olivier Carré, en visite dans le quartier : « Elles ont extrêmement bien vécu pendant des années. Avec le temps, c’est plutôt ce secteur qui s’est dégradé. Aujourd’hui, il se passe une chose délicate : des logements sont vendus très peu chers, rachetés par des personnes à très bas coût qui les relouent, et ça génère un fonctionnement de marchands de sommeil. »

Face à l'urgence de la situation, des Sourciens ont souvent regretté le temps long de cette opération. Jusqu’au début de l'année 2018, la concertation va se poursuivre, comme l'étude visant à consolider le projet, etc. En décembre 2016, une réunion publique avait confirmé que l'intervention sur la dalle ne sera sans doute pas possible avant 2019, voire 2020.

D'autres secteurs sont compris dans cette opération de renouvellement (voir l'infographie). Et l'un des principaux bailleurs concernés est Pierres et Lumières. Il est aujourd'hui en réflexion sur le programme d'intervention qui touchera aussi des centaines d'appartements.

Quelques-unes des données présentées le 7 décembre 2016, lors d'une réunion publique.

 

Actions symboliques avenue de la Bolière

La question d'un nouveau collège 

Il semble que le quartier de La Source gagne des habitants. La nécessité
de réfléchir à la construction d'un troisième collège a été évoquée.

La zone pavillonnaire jusqu'en 2021

L'opération qui a débuté devrait s'étendre jusqu'en 2021. L’objectif est triple : remplacer le millier de candélabres et les 25 kilomètres de réseaux souterrains, réaménager les trottoirs et contribuer au développement durable.

Bolière 3 en attente

Au début du mois de février, la ville attendait les contre-propositions
d'un promoteur sur le futur aménagement du centre commercial (chiffré à cinq millions d'euros, il est prévu pour s'achever en 2019).


Interventions place Robert-Houbart 

Une « poussée d’insécurité » et « une perte d’attractivité » sont confirmées dans ce secteur. Les Résidences de l’Orléanais devraient intervenir au niveau des toitures avant l’été et sur les menuiserie des fenêtres au deuxième semestre. Une requalification est aussi validée par la ville d’Orléans mais pas programmée. Les arbres, « plus très bons et qui ont endommagé le réseau », seront enlevés et remplacés.

Le message de la Confédération nationale du logement (CNL) est le suivant : "Par rapport à l'ANRU 2 (la prochaine opération de renouvellement urbain, NDLR), investissez les ateliers, les réunions publiques. C'est vous qui vivez-là, il faut que les locataires soient acteurs de ce qui va se faire."

Lilian Maurin La Rép du 23 février 2017



Santé

Olivier Carré veut un CHU

Orléans

Face à la pénurie de médecins dans la métropole orléanaise, Olivier Carré, député-maire d’Orléans, aimerait un centre hospitalier universitaire (CHU) : « Je propose que le centre hospitalier régional (CHR) d’Orléans fasse partie des outils ultra-performants pour la fac de médecine de Tours », a-t-il déclaré à l’association des habitants d’Orléans-La Source lors d’une réunion. Une volonté que partage le sénateur Jean-Pierre Sueur : « on peut faire les plus belles maisons de santé pluridisciplinaires, s’il n’y a pas de médecins… » argumente l’élu. Car le problème d’attractivité des médecins libéraux est criant. Ne pouvant obliger les professionnels à s’installer pendant cinq ans à un endroit, les élus cherchent d’autres solutions même s’il n’y a pas de remède miracle à cette situation.

La Tribune /HEBDO du 15 au 28 février 2017


Commerces

Bolière 3

Centre commercial inauguré en 1977

Les Sourciens qui ont suivi le dernière assemblée générale de l’Association des habitants de La Source (AHLS), ce mois-ci, ont obtenu quelques précisions au sujet de centre commercial Bolière trois, dont la rénovation prévue pour s’achever en 2019 à été chiffrée à 5 millions d’euros.

Adjointe du secteur, Niamey Diabira a confirmé le souhait de créer des grandes cellules ouvertes sur l’avant et l’arrière de cet espace marchand, évoquant la possibilité que la pharmacie s’agrandisse. Et toujours dans le rêle de locomotive, l’enseigne U Express ».

Les clients circulent aujourd’hui entre les cellules commerciales de Bolière

3 en empruntant une galerie. Un système que le futur équipement ne devrait pas conserver. Comment maintenir l’animation du site ? La possibilité d’un manège a été évoqué ou la création d’une boutique éphémère, ainsi que la possibilité de conserver une cellule en guise de boutique d’essai pour les entrepreneurs. Avec un loyer modéré, elle permettrait de tester le potentiel sourcien d’une activité commerciale et de confirmer une future installation.

La Rep du 23 février 2017